Les business angels

Il s’agit généralement de la première augmentation de capital et du premier stade de financement des start-up, généralement trouvé auprès du cercle de connaissances le plus proche de l’entrepreneur (« family & friends »). Cette levée de fonds se fait généralement sans intermédiaire, c’est-à-dire sans leveur de fonds, puisque les entrepreneurs n’ont pas besoin de conseil ni d’assistance dans la recherche d’investisseurs à ce stade.

Les fonds levés sont généralement inférieurs à 100K€ et correspondent à une évaluation relativement faible de l’entreprise, puisque l’investissement est réalisé très tôt dans la structure.

Cette levée de fonds est destinée à financer les premières dépenses de l’entreprise : R&D, stocks, besoin en fonds de roulement…

Ils sont souvent le reflet d’un double intérêt de la part des investisseurs :

  • aider des proches dans leur aventure entrepreneuriale
  • bénéficier d’un avantage fiscal.

En effet, les particuliers qui investissent dans les start-up peuvent, sous certaines conditions, réduire leurs impôts.

Etant donné le stade très précoce de développement de l’entreprise, le risque d’investir à ce moment dans une entreprise est assez élevé et témoigne souvent d’une intention bienveillante de la part des investisseurs. Il faut néanmoins prévenir les éventuels achoppements avec ces futurs associés en précisant avant leur investissement en capital les règles du jeu qui prévaudront (fréquence de reporting, types de décisions devant être soumises à l’approbation des associés, règles liées au vote…).

Un pacte d’actionnaires est rarement rédigé à ce stade, au regard des faibles montants levés et des liens unissant les associés. A défaut de pacte d’associés, les règles de gouvernance et de contrôle de capital devront être précisées dans les statuts de l’entreprise.

By |2017-09-08T10:04:12+00:00septembre 7th, 2017|