La banque d’affaires numérique

 Carmine Capital crée un nouveau métier : une banque d’affaires dédiée aux opérations dites « micro et small caps » (start-ups et TPE/PME) grâce à des process et des outils numériques innovants.

 Carmine Capital : une rencontre entre deux expertes de la finance

Il y a deux ans, Anne-Laure Beuriot et Stéphanie Le Beuze se rencontrent chez des amis. Elles discutent de leurs vacances, de leur vie parisienne et enfin de leur job…

Toutes les deux viennent du monde de la finance. Anne-Laure conseille depuis 10 ans des PME dans leurs opérations de fusions acquisitions (cession / transmission et acquisition d’entreprises). Stéphanie structure des opérations de financement complexes (LBO, affacturage, titrisation …) pour le compte de différents établissements bancaires.

En parallèle de leur vie de financières salariées, elles se projettent déjà dans l’entrepreneuriat. Anne-Laure anime son propre réseau professionnel qui réunit des dirigeants et des experts  dont les compétences sont nécessaires à la création et au développement d’entreprises. Stéphanie est business angel et impliquée bénévolement dans plusieurs start-ups innovantes sur des problématiques stratégiques et financières.

Une vision commune : aucune banque d’affaires n’existe pour les start-ups et les petites entreprises

Elles partagent une vision : aucun cabinet de conseil en levée de fonds et en fusions-acquisitions n’existe sur le marché pour les start-ups et les TPE / PME. Les seuls existants facturent des honoraires hors de portée des petites structures.

« Sur la levée de fonds, il existe de multiples indépendants dont le rôle se résume souvent à présenter les start-ups aux quelques investisseurs de leur entourage. En revanche, pas de cabinet structuré offrant un accompagnement global, allant de la réflexion sur le business model, à la stratégie de levée de fonds, en passant par la réalisation du business plan » explique Stéphanie.

« Sur les fusions-acquisitions, le constat était le même. », ajoute Anne-Laure. « Cela est essentiellement lié au fait que les petites entreprises ne sont pas assez rentables pour les banques d’affaires établies. »

Le défi : créer des outils permettant d’adapter les processus aux petites entreprises

Partant de ces constats, Anne-Laure et Stéphanie créent Carmine Capital et se lancent dans l’entrepreneuriat. Leur ambition : développer une plateforme internet permettant de gagner du temps sur les processus automatisables, afin de se concentrer sur le conseil et l’assistance à haute valeur ajoutée auprès des dirigeants.

« Nous avons beaucoup investi dans nos outils numériques, car nous sommes persuadées que l’avenir de la banque d’affaires passera par le recours aux moyens numériques modernes. » ajoutent les fondatrices.

Des résultats concrets

Depuis l’inauguration de la plateforme, rien ne les arrête, pas même l’arrivée de leurs bébés, qu’elles ont eus à 3 mois d’intervalle !

Carmine Capital a déjà réalisé plusieurs opérations de levée de fonds et de cession pour des start-ups et petites entreprises totalisant plusieurs millions d’euros en à peine quelques mois.

Depuis, le nombre de clients est en croissance exponentielle et l’équipe s’est renforcée, avec l’arrivée de 2 collaborateurs.

 

By |2017-09-13T10:26:22+00:00mars 26th, 2014|Communiqué de presse, Non classé|