L’Elysée avance sur la réforme du crowdfunding

Les bonnes intentions de l’état se confirment au sujet de la législation réglementant le crowdfunding

En effet, la ministre Fleur Pellerin dans un premier temps, puis François Hollande lui-même lors d’une conférence à San Francisco auprès d’entrepreneurs français, ont évoqué ce que la majorité du secteur appelle de ses vœux : l’élévation du plafond de levée de fonds exemptés de prospectus à 1 millions €.

Ce nouveau seuil de 1 million € vise aussi bien les prêts rémunérés que le « crowd equity » qui permet aux particuliers d’entrer dans le capital d’une entreprise cherchant des fonds. Le nombre de projets financés devrait donc s’élargir dans les années à venir, le financement participatif ayant besoin d’un certain volume de fonds pour atteindre son seuil de rentabilité.

En principe, la réforme sera inscrite dans l’ordonnance de simplification prévue au mois de mars, en vue d’une publication des textes en juillet.

Un bol d’air pour les plate-formes internet spécialisées

Cantonnées jusqu’alors à un seuil de 100 000 €, les MymajorCompany et autres KissKissBankBank sont donc autorisées à multiplier par 10 la somme maximale que peut emprunter un porteur de projet sur leur site. Il s’agit d’une exception au monopole bancaire.

Cependant, afin de diminuer le risque pour les internautes, chaque petit investisseur sera limité à un montant de 1000€ par projet.

Le crowdfunding a le vent en poupe

Les chiffres parlent d’eux-mêmes, 190 000 personnes ont soutenu un projet sur une plate-forme de crowdfunding en 2012, ils sont à présent 300 000 en 2013 pour 78 millions € collectés.

La réforme à venir ne devrait qu’accentuer le phénomène.

 

By |2017-09-13T10:34:51+00:00février 21st, 2014|Actualités, Crowdfunding, Economie|