Bonnes nouvelles pour les startups et les PME en recherche de fonds : l’intensification du Crowdfunding et des investissements de la BPE

1-      Le gouvernement  a décidé de soutenir le développement du crowdfunding  :

Les plateformes de finance participative (crowdfunding en anglais) permettent aux start-ups et PME de lever des fonds et de trouver des investisseurs. Elles proposent pour cela aux particuliers de financer des projets qui leur tiennent à cœur via un site web.  Trois modalités de financement sont proposées : le  don, le prêt et la prise de participation au sein des startups.

Depuis leur création au milieu des années 2000,  ce mode de financement n’a cessé de connaitre une croissance spectaculaire.  En deux ans seulement, le montant total des fonds récoltés a été multiplié par 6 dans le monde et la France compte aujourd’hui prés de 50 plateformes dont les sites déjà célèbres : KissKissBankBank et Ulule.

L’action du gouvernement 

Face à ce boom sans précédent et aux opportunités que représente le crowdfunding pour les PME et les startups, le gouvernement  a décidé d’assouplir les règles qui régissent ces sites. Pour cela :

–          Une entorse au monopole bancaire sera créée pour permettre aux plateformes de proposer des prêts entre particulier sans obtenir un agrément bancaire très contraignant.

–          Le plafond de financement projet sera relevé à 300 000 € contre 100 000€ auparavant et chaque personne pourra investir jusqu’à 250€.

–          Les plateformes de Crowdfunding obtiendront  le statut de conseiller en financement participatif sans fond propre (jusqu’alors il était nécessaire de posséder 730 000€ de fonds propres)  et la quantité des documents requis et distribués par les plateformes pour les projets sera diminuée.

En outre, cette réglementation devra permettre aux sites d’obtenir une accréditation de la part de l’AMF et de l’ACF, officialisant ainsi leur existence.

Le bémol

Si le gouvernement a fait des efforts pour faciliter les démarches de prêts entre particuliers et de dons, la possibilité de rentrer dans le capital des startups reste encore aujourd’hui en suspens. L’ensemble des mesures proposées devra faire l’objet d’une négociation auprès des autorités européennes.

2-      La BPE intensifie son activité sur l’hexagone et finance les PME : 

L’an dernier la Banque Publique Européenne a augmenté ses investissements en France de 80%, les faisant passer de 4.3 à 7.8 milliards d’euros et maintiendra son effort en 2014 pour lutter contre les effets de la crise. Jamais la BPE ne s’était impliquée autant sur le territoire Français. C’est une excellente nouvelle pour l’entrepreneuriat en France. En effet, même si la Banque Publique Européenne a beaucoup soutenu les grands groupes (Renault, PSA, Airbus) et les collectivités locales, elle a aussi investi dans les PME française pour 1,3 milliards d’euros. En partenariat avec la BPI, la BEI  a même signé un accord de coopération avec la Caisse des Dépôts et Consignations, pour mener des actions de financement conjointes avec ces deux institutions publiques.  Dans le contexte actuel, alors qu’il devient difficile pour les entreprises de lever des fonds en France, cet effort des autorités européennes n’est pas négligeable.

 

By |2017-09-13T10:46:27+00:00janvier 20th, 2014|Actualités, Crowdfunding, Levée de fonds|